Sélectionner une page

Photo by Chris Marquardt

En couple depuis de nombreuses années, je cherchais une idée de cadeau originale pour les 30 ans de mon amoureux.

Ensemble nous avons déjà voyagé en France, en Espagne, en Allemagne, en Grèce, en Hongrie, en Suède, en Norvège, au Danemark, en Chine, en Thaïlande, au Laos, au Vietnam, au Cambodge, en Birmanie et aux Émirats arabes unis.

En cherchant une nouvelle destination à noter dans notre carnet de bord, je suis tombée sur plusieurs reportages sur le Spitzberg. Les images que j’ai vues mon convaincues.

Le Spitzberg c’est où?

Non, le Spitzberg n’est pas une montagne en Suisse ou en Autriche. Nous ne partons pas faire de l’alpinisme.

Il s’agit d’une île Norvégienne de l’archipel du Svalbard, situé dans le cercle polaire entre la Norvège et l’Arctique. La capitale, Longyearbyen, est considérée comme le village habité le plus proche du Pôle Nord (hors stations de recherche). En effet, le Spitzberg se trouve entre le 76ème et le 81ème parallèle. Si le Gulf Stream n’existait pas, l’archipel serait en permanence pris par la glace.

Pour la petite histoire

« Le climat est ici si dur que les animaux sont tout blancs ! ». Commentaire des 8 hommes ayant effectué en 1630 le premier hivernage référencé.

Entre les 17ème et 18ème siècles, l’activité principale du Svalbard était la chasse à la baleine et aux phoques pour la production de bijoux, de savons et d’objets décoratifs. Cette période a été suivie par la création d’exploitations minières, au 19ème, après la découverte de grande réserves de charbon dans les sous-sols de l’archipel.

Aujourd’hui, le Spitzberg est principalement connu pour les activités de recherche qui y sont menées notamment en biologie, géologie, géophysique et glaciologie.

L’île abrite la Réserve mondiale de semences du Svalbard. Il s’agit d’une chambre forte souterraine destinée à conserver dans un lieu sécurisé des graines de toutes les cultures vivrières de la planète et ainsi de préserver la diversité génétique. Cela représente plus de 864 000 échantillons de graines.

Environnement

A la signature du Traité de 1920, la Norvège s’est engagée à « maintenir, prendre ou décréter les mesures adaptées pour assurer la préservation et si nécessaire pour reconstruire la faune et la flore de ces régions ». C’est pourquoi le Svalbard compte aujourd’hui 29 aires protégées qui couvrent environ 65% de la superficie de l’archipel et 86,5% des eaux territoriales, soit environ 78 000 km².

Ces îles sont un refuge pour un grand nombre d’espèces animales et végétales. Son habitant le plus connu est certainement l’ours polaire. Présent en masse sur l’archipel, les ours polaires représentent une population d’environ 3000 individus contre environ 2500 êtres humains. En plus de partager ses terres avec les humains, l’ours les partage également avec les rennes, les renards polaires et bien d’autres.

Les eaux qui bordent l’archipel abritent entre autres des morses, des phoques, des orques et différentes espèces de baleines.

Organisation

On ne part pas au Svalbard comme on part à Ibiza. En effet, le Svalbard n’est pas une destination très « accessible ».

Premièrement, à cause de la température. L’archipel étant située à plus de 900 km du nord de la Norvège et à seulement 1300 km du Pôle Nord, il n’y fait, en moyenne, qu’entre -15° en hiver et +6° en été. Il faut donc prévoir ses bagages en conséquence. Sous-vêtements thermiques, pantalon et veste coupe-vent imperméables, chaussures de marche, sac à dos imperméable,… Ça change du cocktail bikini, paréo, crème solaire.

Deuxièmement, je suis une adepte du voyage non-organisé mais j’ai vite remarqué que dans les régions sauvages il était très compliqué de partir sans organisation/guide au risque de passer à côté d’un tas de découvertes. C’est pourquoi, cette fois-ci j’ai opté pour un voyage organisé. Il s’agit d’une croisière d’expédition qui nous permettra de faire le tour de l’île et d’aller observer les ours polaires dans leur habitat naturel. Nous serons encadrés par des spécialistes qui donneront des conférences le soir sur le bateau. Cette option nous permet aussi de partir relax puisque nous ne devons nous occuper de presque rien en dehors des quelques jours que nous allons passer à Oslo après la croisière, qui eux ne sont pas compris dans l’organisation faite par l’agence.

Troisièmement, mais probablement le point le plus important, le prix! Pour comparer (l’incomparable) la semaine de vacances à Ibiza (vols inclus) coûte, aller disons entre 1000 et 1500 CHF tout compris. Comptez près de 10x plus pour env. 12 jours de voyage au Svalbard dont 10 de croisière. Ce n’est pas un voyage, c’est LE voyage. Alors oui en plus des achats de vêtements adaptés, il faut prévoir quelques mois d’économies. Je vous dirai bientôt si ces mois de serrage de ceinture auront valu la peine.

En plus, si vous souhaitez partir dans la région, sachez qu’il n’y a pas de vol direct de Genève à Oslo. Il faut donc obligatoirement faire une escale ou partir directement de Zürich.
Edit: depuis j’ai appris qu’un vol direct reliera Zürich à Longyearbyen en 2018

Où en sommes-nous?

A J-12 du départ, nous sommes pratiquement prêts. Nous avons tout le matériel nécessaire et n’avons plus qu’à le faire rentrer dans nos sacs à dos. Je dois encore m’occuper de quelques formalités administratives. Il faut, par exemple, prévoir plusieurs copies des passeports: une copie pour une personne restée ici (au cas où), une copie pour le bateau et une dans sa propre boîte email en cas de besoin.

J’ai déjà hâte d’y être et de pouvoir ensuite vous en dire plus sur cette destination qui me fait tant rêver.