Sélectionner une page

Si comme moi vous avez la boule au ventre en prenant l’avion, alors vous êtes au bon endroit!

J’ai beaucoup pris l’avion et cela ne m’a jamais vraiment posé de problème, jusqu’à il y a environ 5 ans… Je ne sais pas vraiment pourquoi mais un jour j’ai commencé à angoisser à l’idée de prendre l’avion. Et c’est évidemment problématique quand on aime voyager et quand on prend l’avion plusieurs fois par année…

Je n’ai jamais été confrontée à un incident, tout au plus quelques turbulences mais rien de bien méchant. Il doit sans doute s’agir d’un lointain instinct de conservation qui me fait penser à tout ce qui se passerait s’il m’arrivait quelque chose en plus de ma traditionnelle habitude d’imaginer le scénario le plus catastrophique du monde.

Donc depuis environ 5 ans, après avoir réservé mes billets, j’ai la boule au ventre jusqu’au vol en question. Installée dans mon siège, j’ai les yeux rivés sur le hublot (car je ne peux pas être assise ailleurs sous peine d’angoisser à mort tout le long du vol) et les doigts agrippés à l’accoudoir. Autant vous dire que ce n’est jamais une partie de plaisir.

J’aime tellement découvrir de nouveaux pays que je prends sur moi et je m’inflige ce supplice pour pouvoir profiter de mes voyages. Seulement voilà, l’angoisse étant toujours là à l’approche d’un vol, j’ai l’impression que ça me gâche un peu le plaisir des vacances… J’anticipe la peur que je vais ressentir en vol…

Cette année, j’ai décidé que la peur ne prendrait plus le dessus! Je vais tout mettre en oeuvre pour vaincre ma peur.

Alors que faire pour se rassurer?

Je précise que ces petites astuces me rassurent mais que cela est très personnel. A vous de trouver ce qui vous convient le mieux…

Avant le vol:

  1. Le choix de la compagnie aérienne. Ce choix dépend évidemment de plusieurs facteurs (destination, tarifs, etc.) qui peuvent potentiellement le restreindre mais aujourd’hui l’offre est tellement grande qu’il n’est pas compliqué de choisir une bonne compagnie pour un prix correct. Mon bestfriend au moment du choix n’est autre que le classement Skytrax! Je regarde en fonction de ma destination, qu’elle est la meilleure compagnie qui la dessert. Ça me rassure beaucoup de savoir qu’elle se trouve dans le top 10/20 des meilleures compagnies car cela veut dire qu’elle est considérée comme sécuritaire.
    Toujours dans la même idée, je me réfère au niveau de services de la compagnie, cela implique d’avoir déjà voyagé avec ou d’avoir des feedbacks de personnes ayant déjà voyagé avec. Exemple: j’ai fais Genève – Bangkok avec Thai airways. Ethiad et Emirates. Des 3, Ethiad est celle qui m’a le plus plu car le confort, la qualité des services et de la prise en charge étaient les meilleurs (à prix comparable). Les deux autres compagnies étaient tops aussi et je les reprendrai sans doute pour le même trajet mais je privilégierai Ethiad.
  2. Dans le cas de vols longs courriers, je privilégie les escales courtes ou alors j’effectue carrément un stopover pour découvrir ma ville de transit mais je ne fait jamais d’escales plus longues que 4 heures (à moins qu’il n’y ait des retards évidemment). Et j’essaie, autant que faire se peut, de ne pas faire de voyage avec plus d’une escale car plus il y a d’avions durant le trajet, plus l’angoisse est grande.
  3. Un éléments important est aussi la place choisie dans l’avion. Les places situées au niveaux des ailes semblent être les plus confortables car elles sont moins mouvementées par les éventuelles turbulences.
  4. Je me calme aussi en imaginant le déroulement de mon voyage, le plaisir de fouler le sable chaud alors que chez moi il fera très froid, les petits plats que je vais déguster… Toutes ces petites choses qui rendent le voyage merveilleux m’aident à gommer mon angoisse.
  5. J’aime regarder des reportages sur l’aéronautique car ça peut paraître étrange mais l’avion me fait peur autant qu’il me fascine! C’est un condensé de technologies et d’évolutions qui nous permet de traverser la planète en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Quand on s’y intéresse un peu, on découvre que l’industrie aéronautique est si développée et à la pointe de la technologie, qu’il devient difficile de faire mieux.
  6. Une autre chose qui m’a passablement aidée, suivre des pilotes et personnels de cabines sur Instagram. Découvrir leur vie, leur quotidien et avec quelle décontraction ils gèrent leur travail m’apaise.
  7. Enfin, je prends un long moment pour bien préparer ma valise, mon bagage à main et mes papiers et je file à l’aéroport avec suffisamment d’avance pour pouvoir manger et boire quelque chose tranquillement avant mon vol.

En vol:

  1. Je m’installe le plus confortablement possible, je prévois toujours un pull chaud et tout doux et des chaussettes confortables. Je prends directement mes écouteurs et je commence à écouter de la musique relaxante (petite parenthèse, j’ai découvert une app de ronronnements de chats récemment. Alors bien entendu il faut aimer mais quand c’est le cas, c’est le son le plus apaisant du monde!). Pendant tout le vol (et même avant), j’essaie de chasser les pensées négatives et de les remplacer par des pensées positives.
  2. J’essaie de dormir un maximum pour faire passer le temps plus vite mais c’est compliqué alors j’essaie en tout cas de ne pas regarder ma montre toutes les 3 secondes.
  3. Je lance tous les films que je n’ai pas encore vus en gardant toujours un œil sur le hublot. Pour vérifier bêtement que tout se passe bien mais aussi parce qu’on est jamais à l’abri d’une super photo à faire!
  4. Je bois beaucoup d’eau pour éviter la sensation de gorge sèche et les maux de tête dus à la sur-climatisation.
  5. J’observe le personnel de cabine qui est toujours d’un calme olympien et cela me rappelle que je ne dois pas m’inquiéter.
  6. Finalement, au moment de l’atterrissage, je m’auto congratule pour l’effort que j’ai fais et je me prépare à savourer un excellent séjour.

En conclusion:

J’ai encore du mal à vraiment lâcher prise mais ça vient… J’y travaille. Et j’aimerais pouvoir profiter pleinement des vols car finalement, on n’a rien à faire, pas besoin de réfléchir, le personnel est au petits soins pour nous et nous volons vers un endroit probablement superbe donc il serait bête de ne pas en profiter!

En 2018, j’envisage de m’inscrire à un stage pour vaincre la peur de l’avion pour venir définitivement à bout de mon angoisse. Je ne manquerai pas de vous raconter…

J’espère que mon expérience pourra vous servir et je vous souhaite de voler sans peur vers les destinations qui vous font rêver.